Comité de science-fiction

Le comité de science-fiction

Le Comité de Science-Fiction (CSF) est une initiative portée par l’Institut de la transition environnementale, sous la responsabilité scientifique d’Anne-Caroline Prévot et Sabine Bognon, chercheuses au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN). Projet participatif et interdisciplinaire pour imaginer des chemins transformatifs, il invite à imaginer, par l’art, des mondes futurs pour explorer la soutenabilité du monde actuel et poser des questions de recherche. Il aménage des espaces et des temps d’échanges où se réunissent scientifiques, artistes, étudiants et étudiantes afin que ces derniers et dernières créent des œuvres de science-fiction autour d’un thème choisi.

Pourquoi la science-fiction ?

Selon la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES, Etat global de la biodiversité et des services écosystémiques - Résumé pour décideurs, 2019), « les trajectoires actuelles ne permettent pas d’atteindre les objectifs de conservation et d’exploitation durable de la nature et de parvenir à la durabilité, et les objectifs pour 2030 et au-delà ne peuvent être réalisés que par des changements en profondeur sur les plans économique, social, politique et technologique. (...) Alors que les structures en place entravent souvent le développement durable et constituent dans les faits les facteurs indirects de l’appauvrissement de la biodiversité, un changement structurel, fondamental s’impose. De par sa nature même, un changement en profondeur ne peut que se heurter à l’opposition de ceux qui ont intérêt à maintenir le statu quo, mais il est possible de venir à bout de cette opposition dans l’intérêt du plus grand nombre. »

Face aux difficultés à sortir des imaginaires dominants du présent et du futur qui sont souvent peu réjouissants et systématiquement incompatibles avec le maintien des conditions de vie sur Terre, la science-fiction offre l’opportunité de créer des mondes cohérents, articulés, potentiellement légitimes pour les sciences naturelles. La science-fiction décale la démarche scientifique en traitant les signaux faibles du monde actuel comme des hypothèses tout en repoussant les limites de pensée du rationnel scientifique habituel.

Au-delà de l’acte créatif, le CSF a pour ambition de revenir vers les communautés scientifiques pour proposer ces créations comme autant de balises pour des transformations de nos modèles de société, en suivant les recommandations de l’IPBES.

Animation du CSF

Le CSF est animé par un groupe de pilotage coordonné par Anne-Caroline Prévot et Sabine Bognon et par des professionnels de l’animation et de la production artistique.

Ecriture Zanzibar – désincarcérer le futur
Saison 1 : Laurent Kloetzer – Saison 2 : Léo Henri – Saison 3 : luvan
Théâtre - ateliers corporels
Saisons 1, 2 et 3 : Anne Berchon, CoTéAct
Scénographie et créations plastiques
Saisons 2 et 3 : Grégoire Moulin-Morabito
Capsules sonores
Saisons 2 et 3 : Ada LaNerd
Post-prod graphique Phenicusa Press
Saisons 1, 2 et 3 : Berénice Béguerie – Fabien Goutelle

En quoi le CSF est-il original ?

Un croisement original de plusieurs disciplines
- Les prospectivistes sont souvent issu.e.s de sciences humaines et sociales.
- Le CSF est pensé par les croisements disciplinaires et au-delà de ceux-ci.

Aucun objectif concret d’atterrissage
- L’art permet de quitter les domaines pensés comme « du possible ».
- Importance de la mise en scène d’accidents, de bifurcations.

Un questionnement sur la place du contrôle et de l’anticipation du futur
- Encouragement au lâcher prise dans l’invention des futurs.
- Encouragement aux processus non linéaires et non modélisables.

Les saisons 1 et 2

Les deux premières saisons se sont tenues en 2018 (« Le retour de la biodiversité en ville ») et en 2019 (« Les avenirs de l’alimentation »). Pour ces deux saisons, le groupe d’étudiant.e.s volontaires (les CSFistes) a suivi une mini-série de conférences scientifiques sur le thème de l’année, avant de se lancer dans la création artistique au cours de séances animées par des artistes professionnels. Ces séances étaient réparties sur plusieurs mois, demandant ponctuellement quelques heures d’une soirée ou d’un weekend aux participant.e.s.

Des nouvelles rédigées par les CSFistes sont parues dans les Cahiers du CSF.

La saison 3

En 2021 et pour sa troisième saison, le CSF a exploré « les communications interespèces ». Quelles relations partagent des champignons et des arbres ? Quelles signalisations seraient possibles entre humains et bactéries ? Quelles histoires racontent oiseaux, fleurs, insectes ou virus ? Quelle société laisseraient advenir les pouvoirs de narrations d’une plante hallucinogène ?

Avec :
– Claire Damesin (écologue, Université Paris-Saclay) : relations entre arbres et humains
– Béatrice Albert (biologiste évolutive, Univ. Paris Saclay) : peuvent nous dire les grains de pollen ?
– Benoît Pisanu (Patrinat OFB) : la gestion des nuisibles
– Véronique Servais (anthropologue, Univ. Liège) : zoothérapies et communications à l’animal
– Annabelle Aish (chargée de mission MNHN) : la bio-inspiration
– Virginie Maris (philosophe, CNRS) : la philosophie du sauvage
– Victor Narat (éco-anthropologue, CNRS- MNHN) : communication des et avec les grands singes
– Colin Fontaine (écologue, CNRS-MNHN) : communications plantes-insectes
– Grégoire Loïs (naturaliste, Vigie-Nature, MNHN) : histoires naturelles des oiseaux

Résidence artistique à l’abbaye de Beauport (4-9 juillet 2021)
L’abbaye de Beauport, propriété du conservatoire du littoral à Paimpol, a accueilli une résidence de 5 jours de création artistique.